"Le drame de l'Afrique, c'est que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'Histoire. Le paysan africain (...) ne connaît que l'éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles"

C'est par réaction à ces propos tenus par Nicolas Sarkozy à Dakar que Adame Ba Konaré, historienne et épouse de l'ancien président malien Alpha Oumar Konaré, a invité les historiens africains à participer à la rédaction d'un manuel d'histoire sur le continent africain destiné à "mettre à niveau" les connaissances de Nicolas Sarkozy sur l'Afrique.

C'est étonnant comment dans le discours commun, on tend à faire croire que l'histoire africaine est une "petite histoire".  L'idéologie coloniale a tenté de faire croire que l'Afrique n'avait pas d'histoire, qu'elle manquait de dynamisme, que l' "homme blanc" lui avait tout appris. Les livres d'histoire sur lesquels sont basés les enseignements des enfants en France, omettent de préciser que la quasi totalité de l'Afrique dite noire était dotée des systèmes d'organisation social, économique et politique très avancés. Les multiples royaumes africains entretenaient déjà des échanges de toutes sortes entre eux. Les calculs arithmétiques trouvés en Egypte dont on n’a jamais saisi la logique mathématique continuent à faire l'objet de nombreux débats entre les mathématiciens les plus éminents du monde. Et je ne m'attarde pas sur les techniques de l'irrigation, de la jachère, etc.

Alors j'appelle de tous mes vœux ce manuel d'histoire écrit par des africains, il était temps ! Non seulement pour remettre à niveau le président français mais surtout des millions de personnes mal informées pour qui l'Afrique reste ce continent sauvage et barbare où les habitants sont assimilés à des grands enfants.